Mémoire qui tue et amnésie qui sauve

« Nous sommes un » (Jn. XVII,20-26)

« L’Esprit Saint vous fera souvenir » (Jn. XIV)

 

L’unité trinitaire dont parle le Fils existe notamment grâce à la dynamique de l’Esprit qui relie les Trois personnes divines dans un Présent mystérieux qui leur est commun . C’est ce dont rêvent tous les amoureux du monde sans y parvenir.

Comme le Fils sait bien, avant de les quitter , que la mémoire de ses disciples est fragile – comme la nôtre – , il les rassure en leur disant que l’Esprit Saint leur fera faire mémoire de tout ce qu’Il leur a déjà dit. Quelle pédagogie !

Bien sûr que nous avons nous aussi , avec et malgré tous les moyens de communication modernes , des expériences de mémoire et d’amnésie ! Mais il peut y avoir mémoire qui tue et amnésie qui sauve.

Quand tous les psy de notre civilisation occidentale nous répètent à l’envie qu’il faut « faire le deuil » après la perte d’un proche , nous savons, en effet, que s’obstiner dans l’obsession de l’absence de l’autre peut nous déconstruire , voire nous détruire , ne serait-ce parce que cette mémoire en marche arrière nous dégage du présent et des responsabilités qui nous reviennent. Faire mémoire pour ressasser le passé ? Se donner l’illusion qu’avant tout était mieux que maintenant ? Comme vient de le dire le pape François : « Je rêve d’une Europe dont on ne puisse pas dire que son engagement pour les droits humains a été sa dernière utopie. » (Prix Charlemagne , mai 2016). Toujours dans le rapport à la mémoire qui peut tuer, souvenons nous du mauvais accueil fait à Jean Paul II , lorsqu’il a prononcé les repentances de l’Eglise romaine … qui aurait perdu la mémoire sur l’Inquisition , les Croisades , la conquête de l’Amérique ?

Ne pas se réfugier dans le passé pour éviter le présent. La mémoire , la nôtre, banale, ordinaire , est à l’articulation du passé, du présent et de l’avenir. Le Fils parle du futur que nous fera découvrir l’Esprit , l’Avocat , le Défenseur. Et nous ? Un amour vrai est un amour qui n’est pas sans mémoire. « Mille tre ! » , s’exclame fièrement Don Juan , le prédateur , le collectionneur qui connaît ses chiffres mais même plus le nom de ses victimes.

L’amnésie qui sauve ! Encore dans les amours humaines , pour un pardon vrai , ne pas accumuler les griefs , les comptabiliser ; la mémoire n’est pas un règlement de comptes , ni un conte de fées. Un amour véridique sait faire mémoire du meilleur pour construire l’avenir : l’accueil religieux des divorcés remariés suppose un terrain de rencontre en vérité sur le passé pour un avenir plus positif. Humblement. En vérité ?

Enfin la terrible actualité sur les prêtres pédophiles nous rappelle, notamment , que les victimes souvent, trop souvent , ont inconsciemment effacé de leurs mémoires le crime qu’ils ont subi …peut-être pour que couteau ne saigne pas trop longtemps dans la plaie . Et quand l’horrible vérité surgit , qu’en faire par rapport à l’avenir sinon devenir lanceur d’alertes ?

Père Alain de La Morandais 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s