Le mimosa et le figuier

Luc XIII, 1-9

Un mimosa d’un côté, un figuier de l’autre.

mimosas-300x200.jpgCe mimosa du Livre de l’Exode qui devient incandescent sous le regard de Moïse, est le mimosa dit « seyal » ou d’Egypte, qui croît partout dans la péninsule du Mont Sinaï. Ses feuilles, qui sont mangées par les dromadaires, se composent de sept à huit paires de folioles oblongues très fines; ses fleurs, jaunes, à têtes globuleuses, s’épanouissent à l’aisselle des feuilles. Cet arbuste, en forme de buisson, est armé d’aiguillons géminés très aigus. Ses graines, enfermées dans une longue gousse sèche, sont un produit bénéfique puisqu’elles servent à la fabrication de la gomme arabique. Son bois, quoique fort léger, est très dur et résistant – les Septante l’appelaient le « bois incorruptible » – , brunit avec le temps et peut devenir aussi noir que l’ébène. C’est ce matériau qu’utilisera Moïse pour la fabrication de l’arche d’Alliance, y compris pour les portes du Tabernacle dont ce bois est recouvert d’or fin.

Le figuier, lui, est une des arbres qui symbolisent l’abondance.

A côté de cet aspect positif, une fois desséché, il représente l’arbre mauvais, c’est à dire dans la symbolique de l’Eglise primitive, la Synagogue qui, n’ayant pas reconnu le Messie de la Nouvelle Alliance, ne porte plus de fruits ; aussi, bien plus tard, il représentera également telle église particulière dont le schisme ou l’hérésie aura stérilisé les rameaux.

Le figuier symbolise la science religieuse. Dans la Genèse, Adam et Eve, se découvrant nus, cousent des feuilles de figuier pour s’en faire des ceintures, et dans le Livre des Rois, les arbres demandent au figuier de régner sur eux. Il convient de remarquer, dans le texte synoptique de Mathieu que lorsque Jésus s’adresse au figuier directement, c’est la science elle-même qui est interpellée. Enfin, lorsque Jésus dira à Nathanaël: « – Je t’ai vu quand tu étais sous le figuier », c’est un intellectuel qu’il invite. Autrement dit c’est Dieu lui-même qui demande à la science de rendre compte de sa fécondité ou de sa stérilité.

Le mimosa dans le désert symbolisait la fécondité, malgré son apparence qui trompe notre regard d’occidentaux incultes. Sa fameuse gomme arabique servait à la fabrication des encres, des cirages et vernis, au gommage des toiles, au lustrage des tissus, à l’apprêt du feutre et à la composition du sirop de gomme duquel on tirait une boisson roborative et rafraîchissante pour la traversée des déserts brûlants et arides. Le mimosa, signe de fructification et de fécondité ! Symbole nomade.

Le figuier dont le feuillage aux feuilles persistantes offre la fraîcheur contre l’embrasement solaire, mais grand buveur d’eau, et dont les fruits offre une symbolique riche qu’on retrouve notamment dans le Livre des Cantiques, le figuier qui réconcilie la science et le discours amoureux, signe de fructification et de fécondité. Symbole sédentaire des oasis.

« On juge l’arbre à ses fruits », avertit le Livre de l’Apocalypse.

Nous savons par l’histoire de Moïse la destinée de l’acacia, laquelle s’est poursuivie à travers toute l’Histoire de l’Eglise. Nous avons connu des histoires de figuiers stériles dans l’Eglise … Des arbres semblables poussent, à grands frais de lumières artificielles de sunlights, sous nos yeux : pouvons-nous discerner dès maintenant s’il s’agit de figuiers stériles ? En tout cas le jardinier fait son devoir, en s’empressant de bêcher encore et de répandre du fumier … Dans l’Eglise aucune porte ne devrait jamais être fermée. Seule le Jugement de Dieu peut prononcer cette parole redoutable : « Un grand abîme a été mis entre vous et nous ! »(Luc XVI, 19-31)

Le figuier stérile représente tout autre chose que lui-même : il est une sorte de parabole en acte. Dans un passage synoptique chez Marc Jésus dessèche un figuier, ce qui est une façon d’ouvrir les yeux et les oreilles des gens à l’avenir qu’ils risquent de se préparer. Lorsque Jésus s’adresse au figuier, il exprime aux disciples qui sont là de manière imagée qu’un élément important du monde juif, sans doute Le Temple lui-même, n’a pas porté les fruits que Dieu pouvait en attendre, et qu’il demeurera à jamais stérile.

Père Alain De La Morandais

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s