L’ eau et le vin

240.jpg

Jean II, 1-11

Une noce champêtre. L’alliance de Yahwe – Dieu et de son peuple est toujours figurée par une image nuptiale. Le vin s’en vint à manquer …Que boire ? Il y a de l’eau. La puissance du Messie, accomplissant pour la première fois un signe public, le transforme. Trois temps : le manque de vin ; la présence de l’eau et la transmutation. Trois symboles : le vin, l’eau et un autre vin. Le vin. La Palestine était un pays de vignobles, et le vin y avait une grande importance au double point de vue alimentaire et commercial. Au moins sept mots désignent le précieux liquide, selon son état et sa qualité .Le vin est considéré comme un don de Dieu. Isaac souhaite à Jacob que Dieu lui donne l’abondance du froment et du vin (Genèse XXVII, 28). Dieu donne à son peuple le  « sang de la grappe, le vin généreux » (Deutéronome XXXII, 14); pour le juste, la cuve déborde de vin nouveau (Proverbes III, 10) , mais il n’y aura plus de vin pour Israël infidèle. (Deutéronome XXVIII, 39)Des premières expériences éthyliques de Noé au vin que boit Jésus, il y a des siècles d’expérience dans la vinification. Ils apprirent ainsi à laisser vieillir le vin pour le rendre meilleur.« Vin nouveau, ami nouveau : qu’il vieillisse et tu le boiras pour ton plaisir. » (Ecclésiaste IX, 15) Et Luc le rappelle : « Personne, après avoir bu du vin vieux, n’en veut du nouveau. On se dit, en effet, : « c’est le vieux qui est bon »(Luc V, 39)

Dans l’Ancien Testament, le vin symbolise tout ce que la vie peut avoir d’agréable, surtout l’amitié, l’amour humain, et toute la joie qu’on prend sur la terre. Pour annoncer les grands châtiments à son peuple qui l’offense, Dieu parle de privation de vin (Amos V, 11; Michée, VI, 15;Sophonie I, 13;Deutéronome XXVIII, 39). Par contre, la félicité promise par Dieu à ses fidèles est souvent exprimée sous la forme d’une grande abondance de vin : ainsi dans les oracles de consolation d’Amos, Osée, Jérémie, Joël, Isaïe et Zacharie. C’est le vin de l’ancienne Alliance .Dans le Nouveau Testament, le Vin nouveau, c’est à dire un vin inconnu, le vin de la Nouvelle Alliance est le symbole des temps messianiques : Jésus, en effet déclare que l’Alliance Nouvelle instituée en sa personne est un vin neuf qui fait craquer les vieilles outres.(Mt. IX,17)L’eau. Elle est non seulement ici le symbole de la vie quotidienne, ordinaire et nécessaire comme l’air qu’on respire, mais de ce qui purifie et ce n’est pas pour rien que l’évangéliste souligne que les jarres sont celles destinées aux eaux rituelles de purification : c’est une eau lustrale !Dans le récit des noces de Cana, le premier vin bu et achevé est le vin de l’ Ancienne Alliance. Avec l’arrivée de Jésus – Messie , qui se révèle par un signe de puissance pour la première fois, c’est l’inauguration publique du temps messianique : l’ancien vin se tarit. Que reste-t-il ? De l’eau, pure et belle, appelée à purifier, donc à être déjà plus que de l’eau simple pour usage ordinaire : elle est le symbole de notre nature humaine créée, appelée à être purifiée et même recréée ; dont la vocation est d’être transformée, de passer de l’ordre naturel à l’ordre sur – naturel .

Dieu a besoin de cette eau, comme la créature nouvelle, sanctifiée par la grâce, enivrée par l’amour divin, ce qui suppose une bonne et belle nature au départ. La puissance du signe divin ne va pas s’accomplir à partir de rien : c’est une re – création et non un acte créateur dans le sens originel du terme. L’Ancienne Alliance a créé la nature humaine . La Nouvelle Alliance instaure une nouvelle création qui trouvera son achèvement au-delà de l’Epreuve du dernier manque, celui du passage de mort .Dans l’acte de transformation de l’eau en vin, offrant le vin de l’Alliance Nouvelle, le Christ annonce son propre passage par la mort. « Mon heure », chez saint Jean, signifie l’heure de la mort du Christ : « Je ne boirai plus désormais du produit de la vigne jusqu’au jour où je boirai avec vous le vin neuf dans le Royaume de mon Père. »(Mt .XXVI , 29)

Le vin de l’Ancienne Alliance s’en est allé. L’eau de l’humaine nature perdure et Jésus l’assume cette humaine nature dans le sang de sa divinité, appelant toute la nature humaine à la divinisation .Le vin neuf, si abondant et combien meilleur, annonce le breuvage divin du banquet d’éternité.

Père Alain De La Morandais

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s