« Il proclamait … »

Saint-Jean-Baptiste_theme_image.jpg

Luc III, 1-6

Ce sont les textes bibliques eux-mêmes, aujourd’hui, qui, une fois encore, nous invitent à la réflexion : « Debout, Jérusalem ! tiens-toi sur la hauteur … Car Dieu a décidé que les hautes montagnes et les collines éternelles seraient abaissées … Dieu conduira Israël dans la joie … » Voilà ce qu’on vient d’entendre chez Baruc, et, en écho, voici Luc : « Il proclamait un baptême de conversion … comme il est écrit dans le livre du prophète Isaïe : A travers le désert, une voix crie … »

Et nous, osons-nous parler, sinon proclamer ? Autrement dit, dans nos relations professionnelles ou sociales, nous arrive-t-il, par je ne sais quel respect humain, de craindre d’affirmer que celles et ceux qui proclament l’Espérance ?

Par expérience psychologique élémentaire, nous savons bien que plus un interlocuteur est en manque d’identité spirituelle, plus il attend de nous une affirmation claire de notre propre identité. C’est le renvoi de ce que nous sommes qui peut l’aider à devenir ce qu’il est … ou sera.

La fonction prophétique de proclamation est celle de mettre en valeur la nouvelle – la Bonne Nouvelle ! – , en s’effaçant derrière elle.

Jean-le – Baptiste proclame l’arrivée du Messie, et dans sa parole même de proclamation, il s’efface devant lui. Tel est le signe du vrai prophétisme : le vrai prophète ne récupère pas la Parole ! Ni pour lui-même, ni pour la cause.

Si la télévision annonce une bonne nouvelle en proclamant : « Tels otages sont libérés ! », vous croirez vraiment que c’est une bonne nouvelle, mais si tel leader politique s’attache à vous expliquer que c’est grâce à lui, vous saurez que c’est un faux prophète et que toutes ses proclamations à venir seront entachées de soupçon.

Savoir parler ou se taire . Savoir proclamer sans récupérer . La responsabilité du chrétien d’ouvrir la bouche est difficile dans la mesure où il n’est pas toujours aisé de trouver le ton juste : à trop en faire, on irrite et on repousse; et trop rester dans la demi-teinte peut passer pour de la pusillanimité.

«    A travers le désert, une voix crie … » Parler, proclamer mais crier ? Est-ce possible ? Dans notre vie ordinaire, s’il nous arrive de crier, c’est le plus souvent par impatience, à force d’avoir parlé sans avoir pu nous faire entendre : le cri est une forme d’expression de la violence de la parole. Lorsque des manifestants descendent dans la rue, il n’y a rien d’étonnant à ce que nous les entendions crier, puisqu’ils sont venus pour cela. En revanche, nous nous surprenons nous mêmes, lorsqu’il nous arrive de jeter un cri.

Le cri nous prend alors par surprise, – cri de souffrance, de l’émotion brutale, du désespoir, de l’appel au secours ! – et surprend celles et ceux qui sont touchés par l’expression soudaine de cette violence.Il y a une violence certaine de l’Esprit qui peut s’exprimer par le cri : «  Je suis venu apporter le feu sur la terre … ! Pensez-vous que je suis apparu pour établir la paix sur la terre ? … »(Luc XII,49) Il n’est pas possible de gommer ces phrases violentes de la Bonne Nouvelle.

Mais suffit-il de crier pour jouer au prophète ?

Si violence il peut y avoir, c’est dans le cas de se faire violence pour briser le trop de respect humain qui nous habite, lorsqu’il s’agit d’affirmer notre identité spirituelle . Il nous revient de le faire sans crainte de laisser passer par notre bouche une parole, peut-être inspirée par l’Esprit.

A ceci peut-être la reconnaitrons nous : à ce qu’elle aura mûri longtemps dans le silence et l’enfouissement de la prière, et qu’à l’instant où elle émergera de notre coeur, elle nous prendra nous mêmes comme par surprise.

Père Alain de La Morandais

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s