Deux femmes rendues à la vie

Résurrection_de_la_fille_de_Jairus,_par_Gustave_DoréMarc V, 21-43

Deux histoires différentes sont racontées, imbriquées l’une dans l’autre. On commence et finit par celle de Jaïre qui enveloppe une sorte de noyau central, l’épisode de la femme malade d’hémorragies. Les deux miracles ne sont d’ailleurs pas sans rapports. Chaque fois, c’est une femme qui en est bénéficiaire. La fillette a douze ans, l’âge minimum pour se marier selon le droit israélite, tandis que l’autre est malade depuis le même temps. Toutes deux sont impures, la plus âgée souillée par ses écoulements de sang pathologiques, la plus jeune qui est déjà un cadavre au moment où Jésus l’approche. Et, dans les deux cas, la foi du demandeur jour un rôle capital.

« Ta foi t’a sauvée », dit Jésus à la femme qui touchant son vêtement par derrière, a presque volé sa guérison. De même, il dit à Jaïre, le père de la jeune défunte : « N’aie pas peur, crois seulement ! » Jésus fait des prodiges dont, d’une certaine manière, le contrôle lui échappe. En revanche, la disposition intérieure des demandeurs est primordiale : c’est pare la confiance en Lui qu’ils peuvent s’approprier la force dont il rayonne. La guérison centrale montre Jésus faisant un miracle presque malgré lui; l’essentiel de sa mission n’est pas dans la santé rendue aux corps, mais dans la vie à laquelle peut s’ouvrir la personne tout entière. « Ta foi t’a sauvée ! »; sauvée et non simplement guérie. La guérison a été en quelque sorte subtilisée à jésus mais Il recherche de façon active celle qui a manifesté une si grande foi, pour lui dire que son bonheur est plus grand que la santé recouvrée.

Quant à la fillette, c’est aussi son salut global que son père recherche pour elle : « Il faut que tu viennes et que tu lui imposes les mains pour qu’elle soit sauvée et qu’elle vive. » Au début, tant qu’elle n’est que malade, Jésus accepte qu’une foule nombreuse l’accompagne. Dès qu’il apprend sa mort, le ton change : la foule n’est pas en état de comprendre la portée de ce qui va se passer : Jésus la laisse en plan. Seuls vont être associés au face à face avec la mort le père et la mère de l’enfant, ainsi que Pierre, Jacques et Jean les trois qu’on retrouvera aux moments cruciaux de la transfiguration et de l’agonie.

La fin de l’histoire se passe dans l’intimité d’une chambre. Sept personnes sont là : la fillette et ses parents, Jésus et ses trois disciples. Tout est décrit avec beaucoup de sobriété. L’évangéliste retranscrit en araméen les deux mots que Jésus adresse à l’enfant, avant de donner la traduction en grec pour ses lecteurs. Le verbe qu’il emploie, « réveille toi », n’exprime qu’un retour fugitif à la vie : la fillette de douze ans est rendue à sa vie mortelle et il est bien évident que plus tard elle mourra à nouveau. Mais ce verbe « réveiller » est aussi l’un des termes de l’ Eglise pour parler de la résurrection définitive. On dira de Jésus :

« Il a été réveillé le troisième jour » (I Cor.XV,4)

Aussi l’évènement qui se produit chez Jaïre est-il une sorte d’anticipation prophétique de Jésus dont vivent déjà les chrétiens qui lisent l’évangile de Marc. Jésus y est montré comme maître de vie et de mort, de salut destiné à tout l’homme et à tous les hommes. Et s’il communique la vie, c’est vraiment pour que l’ humanité la prenne en charge. Alors que les disciples et les parents, tout à leur admiration, ne pensent qu’à divulguer le prodige à tort et à travers, Jésus les ramène à la réalité concrète : qu’ils n’oublient pas de nourrir la fillette ! La vie qu’il leur a été rendue, belle et fragile, est à présent entre leurs mains; à eux de l’entretenir et de la faire fructifier.

Père Alain de La Morandais

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s