« Qui est-Il ? »

ausschnitt_aus_die_erschaffung_adams_7390001Le Maître s’embarque avec les siens.

A nouveau, il faut partir. Le Maître les pousse vers l’autre rive.

Partir exige un déchirement qui arrache une part du corps à la part qui demeure adhérente à la rive de naissance, au voisinage de la parentèle, à la maison et au village des usagers, à la culture de la langue et à la routine des habitudes.

Qui ne bouge n’apprend rien.

Oui, partez, ! Divisez-vous en parts. Vous étiez uniques, vous allez devenir plusieurs. Partez et alors tout commence ! Aucun apprentissage n’évite le voyage. Partir. Sortir. Se laisser un jour séduire. Et Dieu, Lui, se retire dans le silence. De nuit. Voici l’ombre et la lumière, la souffrance et l’omniscience. Dieu s’expose Lui-même à l’errance des flots. Chacun sa nuit. L’apprentissage continue.

«  Il dormait ». Scandale du sommeil de Dieu ! Absence de Dieu ?

Tout se passe comme s’Il n’était pas là.

Il faut comprendre celles et ceux que ce silence et cette absence accablent, scandalisent ou révoltent.

Le texte sacré nous laisse entendre que Dieu est là où on l’attend le moins, là où l’on ne L’attend plus ; que Dieu serait là où Il semble le plus absent. Ce qui signifie que Dieu n’est pas nécessairement chez Lui dans nos sécurités. Que Dieu et le calme plat ne vont pas nécessairement ensemble. Ce qui veut dire que la paix promise n’a rien à voir avec un demi-sommeil d’une vie sans histoires.

Au milieu de la nuit, au milieu de la mer, avec les vents contraires, dans le harcèlement des vagues, la traversée semble tourner au cauchemar. C’est bien beau de passer sur l’autre rive mais c’est toujours s’exposer à la tempête.

L’autre rive, c’est ce versant de nous-mêmes encore inconnu, cette part de soi qu’on cache ou qu’on feint d’ignorer.

L’autre rive, c’est la part sauvage, indomptée; la part hostile que nous portons tous et qui attend d’être reconnue enfin et même aimée.

L’autre rive, c’est l’épreuve, la souffrance, la mort … et cette voix – qu’on peut refuser d’entendre ! – qui n’en murmure pas moins inlassablement : «   – Un autre te mènera … »

Les disciples eurent peur.

C’est la peur surmontée et non pas l’absence de peur qui fait le courage. Le courage qui est «  la vertu inaugurale des commencements » (Charles Péguy) et surtout la patiente continuation du commencement. Tout le monde a peur de commencer. L’absence de peur, qui serait comme l’inconscience, n’est pas le vrai courage. Les gens de foi ne sont ni aveugles, ni intrépides, ni impavides.

La vertu du commencement est la plus haletante mais la plus discontinue …Le courageux ne peut se reposer sur le mouvement soit-disant acquis de son courage, parce que le courage n’est pas une rente, un capital à gérer. Le courage n’est pas non plus un savoir mais une décision. Votre courage de vous engager est d’abord dans votre décision.

– Et quelle part accordez-vous à la raison ?

J’entends bien votre objection et je réponds que la raison a toujours raison, bien sûr. Mais le courage n’est pas un syllogisme, un beau raisonnement car le raisonnement nous dit ce qu’il faut faire et s’il faut le faire, mais il ne nous dit pas qu’il faille le faire. Le courage n’est pas une sagesse non plus mais, pour parler le langage de Saint Paul, une «  folie », une folie qui dépasse une sagesse.

– L’amour est une illusion ! sifflent les vents contraires.

– N’ayez pas peur ! répond la voix du Verbe de Dieu, sortant enfin de son silence.

L’appel au secours est proportionnel à la prise de conscience des dangers encourus. Le cri de l’amour peut être un appel au secours.

– Avec toi nous pourrons vaincre nos faiblesses ! A deux nous serons plus forts!

La foi, comme l’amour, s’exprime dans l’abandon.

– Je ne peux tenir mon salut uniquement de moi-même ! se disent l’épouse et l’époux.

– J’avoue humblement ma dépendance : j’ai besoin de toi, de ta main tendue quand la tempête fait peur. Je ne suis ni intrépide, ni impavide, sans présomption. Je m’engage simplement à tendre ma main vers toi, chaque fois.

Et le vent tomba.

Père Alain de La Morandais

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s