Prière libératrice – ô solitude, suite

Le Père de La Morandais vous propose la suite de l’homélie de dimanche. 

Morgensonne-2.jpg

« Boucher les trous » , c’est cela : vivre pour soi-même . Et s’inventer , pour ce faire , un Dieu à sa mesure , à sa portée , bien à l’image de nos besoins . Un Dieu utile pour moi , qui me protège du vertige , de l’abîme . Un Dieu que je me fabrique , sur modèle , auquel je peux causer tout mon saoul , m’imaginant prier , et d’autant mieux que j’ignore et j’invente ses réponses . Un Dieu bien confortable qui me rassure bien sur moi-même , qui m’enclot sur moi-même Un Dieu – idole , projection super narcissique de mon moi .

«  Boucher les trous »  , en dehors de l’abîme divin , c’est s’entourer de tous les substituts habituels , du canari au chat ou au chien , en passant par l ‘instinct surdéveloppé de la propriété , de la possession de n’importe quoi , qui nous donne l’illusion d’exister sans le regard des hommes .

Vivre par soi-même ou pour soi-même ? Tel était le dilemme du solitaire . Telle est sa tentation .

La solitude , âpre , dure , décapante , peut devenir tonique , et même allègre , si l’on arrive à vivre par soi-même . Sans boucher les trous . Par soi-même , c’est à dire en découvrant la séduction du passage silencieux de l’ Innommé , du Tout Autre , au-delà de toute image et de toute représentation , Celui-là qu’on appelle « Dieu » , reconnaissable à la morsure du cœur dont Il nous marque et à la Joie pacifiée dont Il nous entretient . Un Dieu qui surprend parce que nous découvrons qu’Il nous aime autrement .Pas de la manière , un peu mièvre et molle , dont nous avions plus ou moins rêvé d’être comblé . Pas un Dieu qui « satisfait » , qui nous laisserait repu , non ! un Dieu qui creuse le Désir qui s’échappe quand on croit Le retenir , qui nous relance toujours en avant , plus loin, plus haut , sur la crête … dangereusement .

Par soi-même, c’est à dire en découvrant les richesses cachées de notre intelligence , de notre imagination créatrice , de nos propres patiences étonnées . Surpris de se surprendre soi-même !

Sans être encore fou , vous rirez en regardant les étoiles et la clarté flambante et joyeuse du feu dans la cheminée vous ôtera même le goût de Bach ou de Mozart .Rien qui puisse érafler le Silence .

Alors vous serez tenté de vous installer dans cet oasis , qui est comme la transfiguration du désert  . C’est quand vous y serez bien, trop bien , trop bien , qu’ Il veillera à vous relancer sur les routes ;Son Image silencieuse pourra prendre corps à nouveau dans un visage humain à aimer , dans des visages , dans une communauté avec ses chants , sa musique , ses louanges et ses rites . Et vous saurez que , purifiés , vous aimerez autrement , pas de la manière dont vous rêviez de l’être : avec une liberté toute neuve , un nouveau goût de surprendre et un rejet d’instinct de tous les artifices .

Père Alain de La Morandais

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s