Célébration pour Christophe de Margerie

France - Portraiture - Christophe de Margerie

(6 août 1951 – 20 octobre 2014)

à l’église Saint Sulpice le lundi 27 octobre 2014

 

Nous associons à notre prière, du plus profond de nos cœurs, 

Yann Pican, commandant de bord, 

Maxime Rassiat, pilote, 

et Ruslana Vervelle, hôtesse, 

et chacun des membres de leurs familles et de leurs proches

 

Lecture de la première lettre de Saint-Paul apôtre aux thessaloniciens (4,13 – 14. 17 B– 18 )

 

Frères,

nous ne voulons pas vous laisser dans l’ignorance au sujet de ceux qui se sont endormis dans la mort; il ne faut pas que vous soyez abattus comme les autres, qui n’ont pas d’espérance.

Jésus, nous le croyons, est mort et ressuscité; de même, nous le croyons, ceux qui se sont endormis, Dieu, à cause de Jésus, les emmènera avec son fils.

Ainsi, nous serons pour toujours avec le Seigneur.

Retenez ce que je viens de dire, et réconfortez-vous les uns les autres.

Psaume  22 (chanté en anglais)

Le Seigneur est mon berger. :

je ne manque de rien.

Sur des prés d’herbe fraîche,

il me fait reposer.

Il me mène vers les eaux tranquilles

Et me fait revivre;

il me conduit par la juste chemin

Pour l’honneur de son nom.

Si je traverse les ravins de la mort,

je ne crains aucun mal,

car tu es avec moi:

ton bâton me guide et me rassure.

 

Évangile selon saint Luc 12,35 – 38

Jésus disait à ses disciples :

«  Restez en tenue de service, et gardez vos lampes allumées.

Soyez comme des gens qui attendent leur maître à son retour des noces, pour lui ouvrir dès qu’il arrivera et frappera à la porte.

Heureux les serviteurs que le maître, à son arrivée, trouvera en train de veiller.

Amen, je vous le dis : il prendra la tenue de service, les fera passer à table et les servira chacun à son tour.

S’il revient vers minuit ou plus tard encore et qu’il les trouve ainsi, heureux sont-ils !

Chers Amis,

 

Ce matin nos cœurs sont meurtris devant le cercueil de Christophe de Margerie. Nos cœurs sont proches de celui de Bernadette, son épouse, de Colette, sa mère, de Laetitia et Romain, Diane et Alexis, Fabrice et Domitille, ses enfants. Nos cœurs sont proches de ses petits-enfants, de ses frères et sœurs. Ils rejoignent aussi la grande famille de TOTAL, et celui de tous ceux qui ont croisé les pas de Christophe et ont été frappés par sa personnalité hors du commun.

 

Ses qualités d’époux, de fils, de père, de chef d’entreprise, de collègue, d’ami… font l’unanimité d’une manière impressionnante.

 

La famille était ce qu’il y avait de plus important dans sa vie. C’était son lieu d’équilibre et de ressourcement. Il en a tant reçu. Il lui a tant donné, avec bonheur.

 

Christophe c’était un regard qui donne plus qu’il n’espère recevoir, un sourire, une présence attentive à chacun d’une manière exclusive, considérant les personnes pour elles-mêmes, sans préjugés, quel que soit leur statut, et leur donnant le temps dont elles avaient besoin, avec gentillesse.

 

Des qualificatifs qui se bousculent pour peindre ses qualités on ne sait lesquels retenir. Chacun d’entre nous aujourd’hui a les siens et pourrait en citer dix. A lui seul ce foisonnement d’adjectifs donne la mesure du rayonnement exceptionnel de la vie de Christophe de Margerie.

 

C’était un homme d’action, avec intelligence, intuition et tact. Leader et visionnaire, optimiste et courageux, il parlait un language que tous comprenaient. Doté d’un humour exceptionnel, qui protégeait sa grande sensibilité, il n’était jamais là où on l’attendait. Toujours profond, précis, et inattendu.

 

Il aimait la vie, et il aurait pu redire chacune des phrases de la prière de Mère Teresa qui figure à la fin du livret que nous tenons entre les mains : « La vie est un défi, relève-le (…) la vie est un bonheur, mérite-le ».

 

Christophe se considérait comme catholique dans son identité même. Il aimait dire : « Moi je ne suis pas dans les cours de théologie mais dans le concret, je suis catholique en essayant de faire quelques chose pour améliorer le monde ».

 

Plein d’idéal, il était pétri des valeurs évangéliques, dans la recherche du vrai et du bien. Son action professionnelle était marquée du signe de la responsabilité et de la fidélité. Il se préoccupait publiquement des grandes questions du monde contemporain mais aussi avec discrétion de la situation des pauvres, des illétrés, de la misère des femmes dans le monde… Son mécénat était considérable, et justement ciblé. Il ne cessait de se préoccuper des périphéries…

 

Il s’est rendu cinq fois aux rencontres internationales pour la paix organisées par San Egidio, et avec l’amitié d’Andrea Ricardi il a découvert un monde nouveau, heureux d’échanger avec des religieux de toutes confessions, toujours intéressé par le fond des hommes et le fond des cœurs. C’est dans ce cadre qu’il avait rencontré le Pape François, et ils étaient convenus de se revoir d’ici la fin de l’année.

 

Il y a tout juste un mois, le 26 septembre, il rédigeait pour l’un de ses proches la dédicace d’un livre auquel il avait contribué, intitulé : « La diplomatie au défi des religions ». Christophe écrivait ceci : «  Tu mérites bien ce livre, m’ayant ouvert les yeux, comme chef d’entreprise, aux voies (…) du Seigneur. Merci ! »

 

Croyant, il faisait à haute voix une prière tous les matins, de façon bien audible, pour tous les membres de sa famille. Et dès qu’il en avait l’occasion, notamment à l’étranger, il entrait dans une église, où longuement il pouvait se recueillir.

 

Comprenez-moi bien. Je ne dis pas que Christophe de Margerie avait une vie parfaite. Je dis qu’il avait une vie ouverte. Une vie ouverte à Dieu, une vie ouverte aux autres. Une vie ouverte à un avenir qui dépasse l’horizon des limites humaines.

 

Cette mort reste un mystère douloureux. Nous ne comprenons pas. Spontanément, nous nous tournons vers le ciel ou vers la terre, cherchant qui pourra répondre à notre question : Pourquoi ? Pourquoi Christophe est-il mort ? Pourquoi ? Parce qu’il a été victime d’un accident. Ne cherchez pas d’autres raisons.

 

Ce qui a du sens, c’est sa vie. Ce qu’il a dit. Ce qu’il a accompli et qui reste dans nos mémoires. Le chemin qu’il a décidé de prendre.

 

Ce qui a du sens c’est sa foi, notre foi en la vie éternelle, qui éclaire toute notre célébration de ce matin. Saint Paul vient de nous le rappeler : « Jésus, nous le croyons, est mort et ressuscité ; de même, nous le croyons, ceux qui se sont endormis, Dieu, à cause de Jésus, les emmènera avec son fils ».

 

Ce qui a du sens c’est l’infinie bonté et miséricorde du Seigneur que nous venons de proclamer avec le Psaume 22 : « Si je traverse les ravins de la mort, je ne crains aucun mal, car tu es avec moi, ton bâton me guide et me rassure ».

 

Ce qui a du sens c’est cette invitation à « rester en tenue de service, et à garder nos lampes allumées ». Cet évangile que nous venons de lire, et que vous avez choisi, est mystérieusement celui que toutes les églises catholiques du monde proclamaient le 21 octobre, au matin du drame qui a emporté les quatre occupants de l’avion qui, tous, faisaient leur devoir…

 

Cet évangile résonne car ce matin du 21 octobre, Christophe est mort debout, au cœur de l’action. Il nous a quitté comme il a vécu. La tenue de service, c’est aussi la tenue des voyageurs, prise par les Hébreux pour célébrer la Pâque. Veiller c’est lutter contre la torpeur, la négligence, pour être toujours disponible. Heureux, ceux que le Seigneur trouve ainsi !

 

Ce qui est en jeu dans la veille, c’est l’amour. C’est par amour que le Christ a vaincu la mort, un amour éternel et tout puissant qui est le nom même de Dieu : Dieu est amour. Et nous savons bien que l’unique, le grand commandement est celui de l’amour de Dieu et du prochain. L’amour de Dieu est plus fort que tout, plus fort que nous-mêmes, plus fort que nos peurs et que notre péché, plus fort que toutes les réalités créées de ce monde. Il ne nous est demandé qu’une seule chose : aimer en esprit et en vérité.

 

Nous savons que Christophe durant toute sa vie a voulu aimer, avec son tempérament et son cœur. Nous savons aussi que sa vie, comme chacunes de nos vies, a besoin devant Dieu d’être pardonnée, d’être purifiée, d’être transformée. Nous savons aussi et surtout que le Seigneur est tendresse et pitié, que son amour sur ceux qui le craignent est de toujours à toujours.

 

La seule question que le maître de l’univers nous fera nous poser au terme de nos existences terrestres tient en trois mots : « As tu aimé » ? Mais Seigneur, comment faire ? Seigneur nous voudrions nous aussi aimer par toute notre vie, et nous sentons combien cela nous est difficile. Seigneur, comment pourrions nous savoir le chemin ? « Moi, – nous dit Jésus – je suis le Chemin, la Vérité et la Vie, personne ne va vers le Père sans passer par moi. »

 

Confions Christophe à la miséricorde aimante, purifiante, transformante de Dieu. Confions-nous totalement à cet amour prévenant du Seigneur, du plus profond de notre être. Pour qu’en nos vies, sur cette terre, puis au-delà, rien, jamais, ne nous sépare de l’amour de Dieu.

 

Antoine de Romanet +

Curé de Notre-Dame d’Auteuil

 

 

 

Prière  de Mère Teresa

 

La vie et beauté, admire-la.

La vie est félicité, profites-en.

La vie est un rêve, réalise-le.

La vie est un défi, relève-le.

La vie est un devoir, fait-le.

La vie est un jeu, joue-le.

La vie est précieuse, soigne-la bien.

La vie est richesse, conserve-la.

La vie est amour, jouis-en.

La vie est un mystère, pénètre-le.

La vie est une promesse, tiens-la.

La vie est tristesse, dépasse-la.

La vie est hymne, chante-le.

La vie est un combat, accepte-le.

La vie est une tragédie, lutte avec elle.

La vie est une aventure, ose-la.

La vie est bonheur, mérite-le.

La vie et la vie, défends-la.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s