L’appel de deux cardinaux européens contre la PMA et la GPA

Le Père de La Morandais vous propose la lecture de : L’appel de deux cardinaux européens contre la PMA et la GPA publié dans Le Figaro.

FIGAROVOX/TRIBUNE- Dans Le Figaro, les cardinaux Angelo Scola et Christoph Schönborn encouragent les Français à combattre la gestation pour autrui. Ils refusent que l’enfant soit considéré comme une «marchandise».

Le cardinal Angelo Scola est archevêque de Milan

Le Cardinal Schönborn est archevêque de Vienne


Il y a cent ans, notre continent s’embourbait dans la guerre, entraînant derrière lui le monde dans un conflit dont il n’a pas fini de mesurer les conséquences.

La guerre de 1914-1918 posait, de façon tragique et nouvelle, la question de la valeur de la vie humaine: combien d’hommes et de femmes allaient payer le prix du sang? Combien de familles pleurèrent un fils, un père, un frère, un ami qui ne reviendrait pas? Combien de parents sans enfants et combien d’enfants sans parents? C’est toute la famille européenne qui était endeuillée.

Aujourd’hui, de nouvelles menaces pèsent sur notre continent. Elles posent la même question de la valeur de la vie humaine, en des termes différents. Dans notre économie libérale, le marché ne peut pas devenir l’ultime norme, le besoin n’est pas l’unique boussole, et l’homme ne doit pas se transformer en variable d’ajustement entre l’offre et la demande.

Dans différents pays d’Europe, des lois ou des réglementations autorisent désormais la gestation pour autrui (GPA). Nous y voyons une double atteinte à la dignité humaine, contre les enfants d’une part, condamnés «à être en fait orphelins de leurs parents vivants» pour reprendre l’expression de Jean-Paul II dans sa Lettre aux familles, et contre les mères, dont le corps se trouve chosifié, instrumentalisé, loué.

Si l’on s’inquiète de la décision récente de la Cour européenne des droits de l’homme d’instaurer des filiations fictives, il faut saluer sur cette question la réaction tonique, créative, jeune et durable de la France. La France a eu le courage de dire non. Le président de la République française lui-même s’est engagé contre la GPA.

La Manif pour tous, bien connue de toute l’Europe aujourd’hui, avait prévenu qu’en changeant la nature du mariage viendraient d’autres revendications, qui dénatureraient l’adoption et qui organiseraient la fabrication d’êtres humains.

Il y a là, en effet, en germe toutes les conditions d’un esclavagisme moderne où l’enfant est conçu comme une marchandise, un commerce dans lequel les plus riches exploiteront les plus pauvres, et une accélération de l’eugénisme occidental.

Vu depuis nos différents pays, ce qui nous touche, c’est que le mouvement français incontestablement porté par de nombreux catholiques s’est constitué avec des croyants d’autres confessions, d’autres religions et des non-croyants.

Il ne s’agit donc pas d’une voix ecclésiale mais d’une voix française qui se fait entendre, au plan européen et au plan international. Son expression, populaire et citoyenne, devrait inspirer l’ensemble des peuples occidentaux et permettre à la Convention européenne des droits de l’homme de choisir un dispositif capable de protéger les droits de l’enfant.

Ne serait-ce pas un prolongement logique de la Déclaration universelle des droits de l’homme? Il faut garantir les droits de l’enfant à connaître ses origines et à grandir, autant que faire se peut, entre son père et sa mère, à l’exclusion de toute forme de contrat, financier ou non, le privant de l’un ou de ses deux parents.

La fondation d’une famille ne peut être, en effet, l’expression de la seule volonté de quelques-uns. Si le biologique ne fait pas toute la filiation, la filiation ne peut pas se faire sans le biologique. Elle vient prolonger ce qui est initié dans le corps.

Comme l’ont exprimé nos frères évêques en France, si l’accès à la procréation médicalement assistée (PMA) et à la GPA est ouvert, c’est toute la filiation qui se trouvera désorientée, c’est une génération d’enfants qui se verra privée intentionnellement de l’un de leurs parents.

Le pape François nous appelle sans cesse à sortir de nous-mêmes et à aller aux périphéries: il ne s’agit pas d’abord de géographie mais d’existence. Aux périphéries de notre humanité se trouvent l’extrême fragilité, la petitesse et la pauvreté: celle du très grand âge et celle de la toute petite enfance. C’est notre attention à ces périphéries-là qui a fait le cœur de notre civilisation.

Nous voulons non seulement remercier les Français de leur réveil inattendu et de leur engagement stimulant – il sera très utile, le moment venu, dans nos pays -, mais nous les appelons surtout à rester fidèles à leur histoire.

Il ne s’agit pas là de leurs racines, mais des branches, des bourgeons et des fruits, bref de l’avenir de notre Europe.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s