La sainte Famille

La fête liturgique de la sainte Famille est une fête moderne, puisqu’elle fut instituée par Léon XIII.

Dans les premiers siècles, la liturgie célébrait plutôt les grands évènements qui marquent les étapes de la Rédemption : Noël, Epiphanie, Pâques. Seule la curiosité populaire, qui s’exprimait dans les légendes des évangiles apocryphes, porta son attention sur la vie cachée de Jésus à Nazareth. La piété moderne a retrouvé d’instinct toutes les richesses de l’enseignement de cette vie cachée du Messie, à tel point qu’une nouvelle famille religieuse, les Petites Soeurs et les Petits Frères de Jésus, est née de l’héritage spirituel du Père de Foucauld et s’est donnée pour but d’imiter  « la vie de l’humble et pauvre ouvrier de Nazareth ».

Aucun de nous, bien sûr, n’a fait choix ni de sa famille, ni de sa race, ni de son milieu, ni de son éducation, ni même de la religion dans laquelle il a été éduqué. Cela est contenu dans le mystère de chacune de nos destinées et Dieu en est l’unique initiateur.

Mais voilà qu’au contraire pour Jésus, son état de vie a été l’objet d’un choix souverainement libre ! Ce fait est unique et l’on comprend de suite l’importance particulière qui y est attaché : Dieu a choisi pour son propre Fils sa famille, sa mère, son milieu social, son mode de subsistance, sa place dans une société humaine donnée. C’est donc qu’il y avait un amour de préférence de la part de Dieu pour cet état de vie choisi pour son Fils, et par son Fils, puisque leurs volontés étaient communes.

heiligefamiliechromolithographiec1930

Il y a aussi, dans cette décision divine, une volonté de nous apprendre quelque chose par ce choix même. Et voici l’état de vie choisi par Dieu pour son Fils bien aimé : Jésus nait dans une famille modeste, mais d’origine noble, dans un village assez obscur. La famille de Nazareth n’est certes pas dans la pauvreté, qui n’est jamais un bien, mais elle vit dans une condition laborieuse. Le Fils de Dieu va disparaitre pendant trente ans parmi les hommes, en adoptant l’existence la plus commune, la plus éloignée des situations extrêmes qui auraient pû le faire remarquer.

Il n’est pas utile de chercher à imaginer ce que pouvait être ce niveau de vie par référence aux distinctions sociales et économiques actuelles. Les institutions et la mentalité israéliennes de cette époque étaient si foncièrement différentes de la nôtre que tout rapprochement ne pourrait être qu’artificiel et vain. Ce qui est certain c’est que l’état de vie choisi par Jésus, pour sa famille et lui-même, fut celui des gens modestes qui gagnent leur vire au jour le jour dans une entreprise artisanale par le travail manuel.Jésus était ouvrier artisan avec son père, et il n’échappe à aucune servitude de sa condition : fatigue du labeur physique, perception du salaire, exigences des clients, injustices sociales propres à son époque, journées sans travail et toutes ces difficultés quotidiennes qui sont le lot des travailleurs de tous les temps, de toutes les époques et de tous les pays.

Aux yeux des siens et de ses concitoyens, c’étaient les gestes et les peines les plus quotidiennes qui remplissaient son existence toute simple et tout ordinaire.Une vie toute banale, comme la nôtre ? Oui, dans son aspect extérieur.C’est un ensevelissement dans l’obscurité, mais non pas un retrait de la société et des hommes de son temps. Au contraire, une immersion dans la vie.Ce n’est pas en s’isolant des hommes que Jésus mena cette vie cachée, mais, tout au contraire, c’est en se mêlant le plus possible à eux, en se perdant au mileu d’eux comme levain dans la pâte, que Jésus cache sa véritable personnalité. Un homme bien présent au monde, à ce monde dont il vivait déja toutes les peurs, les inquiétudes et les angoisses. Tel est un des aspects essentiels de la vie de Jésus à Nazareth : vie humble, familiale et laborieuse.

« Il descendit avec eux et alla à Nazareth, et il leur était soumis. »

« Il descendit, s’enfonça, s’humilia … ce fut une vie d’humilité :Dieu, vous paraissez homme;homme, vous vous faites le dernier des hommes;ce fut une vie d’abjection, jusqu’à la dernière des dernières places; vous descendites avec eux pour y vivre de leur vie, de la vie des pauvres ouvriers, vivant de leur labeur; ils étaient obscurs, vous vécutes dans l’ombre de leur obscurité. Vous allates à Nazareth, petite ville perdue, cachée dans la montagne, d’où « rien de bon ne sortait », disait-on; c’était la retraite, l’éloignement du monde et des capitales.Vous leur étiez soumis, soumis comme un fils l’est à son père, à sa mère;c’était une vie de soumission, de soumission filiale; vous obéissez en tout ce qu’obéit un bon fils. »(Charles PEGUY).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s