De la séduction

domjuanfinDon Juan, héros d’un soir de Noël ? Rassurez-vous, le sulfureux séducteur n’a pas acquis tous ses brevets de sainteté en une seule nuit, même si son image de la Femme a pu changer et la prière revenir sur ses lèvres. « Seigneur, tu as voulu me séduire, et je me suis laissé séduire; tu m’as fait subir ta puissance et tu l’as emporté … Il y avait comme un feu dévorant, au plus profond de mon être. Je m’épuisais à le maîtriser, sans y réussir. »(Jérémie XX,7-9)

Séduire, séducteur : ces mots, généralement pris dans un sens dépréciatif, sont, à première vue, assez surprenants appliqués à Dieu. Et pourtant un Dieu séducteur ne devrait pas forcément nous déplaire, si l’on se donne la peine de réviser quelques préjugés sur la « séduction ». En tout cas, un fait théologique traditionnel est là pour l’attester : des prophètes juifs, comme Osée et Jérémie, appellent nommément Dieu « séducteur ». Étymologiquement, séduire vient du latin seducere qui signifie mener à part, séparer. Le latin ecclésiastique du Moyen Age lui a donné un sens moral : détourner du droit chemin, sens qui n’est pas celui des origines.

Menée à part, séparée, qui l’est plus que tout autre sinon la personne attirée puissamment par une vocation particulière ? C’est le mouvement propre à qui se donne de tout son être, jusqu’à se séparer du lot commun, à qui se voue à une cause, à une quête, à une recherche, à une mission qui participe d’un grand dessein. Le prophète, l’amoureux, l’artiste, le religieux, le savant chercheur,  le créateur et l’inventeur sont des gens séduits, passionnés, qui mobilisent toutes leurs énergies pour l’objet de leur séduction.

Dans son sens ordinaire, populaire, on a confondu séducteur et prédateur, alors que psychologiquement ce sont des réalités très différentes que recouvrent ces mots. Le prédateur – le conquérant – repère une proie, et par un mouvement rapide fond et saisit sa proie qui n’a pas bougé. Il n’y a là aucun fonctionnement relationnel. Tout est dans la surprise, la rapidité et se résout par la possession. La proie n’est qu’un objet, faisant partie d’un butin, d’une collection. Le conquérant existe par l’accumulation de ses conquêtes. Fuite en avant …Dieu ne saurait être un conquérant. Dans la vraie séduction – la divine ! , il en va tout autrement. C’est une rencontre, un mouvement réciproque de l’un vers l’autre, une responsabilité mutuelle qui s’engage, un débat. Il n’y a pas d’un côté, un actif qui fait tout, et de l’autre, un passif qui attend et se rend. Il y a deux libertés qui s’exercent, se plaisent, cherchent le dévoilement réciproque de leur vérité l’une par l’autre : une parturition spirituelle, une nouvelle naissance. Dans ce sens-là, Dieu est un merveilleux Séducteur, dont la pression et la relâche sur le cœur n’en finissent pas de ne pas finir. C’est un débat amoureux entre l’ homme et son Dieu. Sans vainqueur, ni vaincu.

Un autre prophète, qui a, lui aussi, parlé de la séduction divine, Osée écrivait ceci, en parlant de Dieu qui s’adresse à la prostituée qu’est devenue Israël : « C’est pourquoi je vais la séduire; je vais la conduire au désert et je parlerai à son cœur. »(Osée XI,16) Après la séduction, l’épreuve de l’amour au désert. Après la Nativité, le chant des anges, l’exil au désert. Après les effusions, l’exaltation de la découverte, le cœur à cœur … l’aridité, la sécheresse, l’usure du temps, le doute. A peine saisi – et quelle Joie ! – , l’ Autre s’échappe, « comme l’oiseau du filet de l’oiseleur », devient un inconnu, insaisissable. Distances. Épreuves. Croix …oui, écartèlement de tout amour. Le sacrifice n’a pas à être désiré : ce n’est pas ce qui est au cœur de Marie, au creux de cette Nativité. Il n’a pas à être aimé pour lui-même. Il n’est qu’un signe, un moyen de dire l’amour : renoncer à quelque chose – au confort d’une auberge pour accoucher, au retour à Nazareth – pour l’épanouissement d’une destinée, celle d’un Enfant Dieu qui va changer le monde.

Et c’est pourquoi cet amour-là aime à s’envelopper du mystère du silence.

Père Alain de La Morandais

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s