Homélie du 2ème dimanche de l’Avent

« Un baptême de conversion … »    Mt. III, 1-12

Jean-Baptiste, dans le désert, avec sa peau de chameau et ses sauterelles grillées, annonçait la Bonne Nouvelle, la venue d’un Sauveur, d’un Libérateur, et les gens lui demandaient : « Que devons-nous faire ? » Et il leur répondait que celui qui a deux vêtements partage, que le publicain n’exploite plus la situation, en s’enrichissant sur le dos des honnêtes gens, que les soldats et la police n’abusent plus de leurs pouvoirs, qu’ils en finissent avec la violence.

Pour préparer la venue du Seigneur, disait et répétait le Baptiste, il faut faire pénitence, il faut d’abord se convertir, et quand on aura suffisamment fait pénitence, quand on se sera bien converti, alors, le Seigneur viendra !

Mais le Baptiste a du être un peu surpris car la divine liberté du Nazaréen n’a pas toujours fonctionné selon cette méthode. Certes, il a commencé par son grand jeûne des quarante jours au désert, mais aussitôt après, Il s’est mis à fréquenter des gens louches, il s’est invité chez des publicains de mauvaise réputation et il n’a même pas condamné les putains.

Rappelons-nous, par exemple, l’épisode de Zachée : Il va d’abord chez cet infâme collecteur d’impôts, sans condition préalable, sans conversion déclarée, sans pénitence d’anticipation. C’est après, – après seulement ! – que Zachée a fait don aux pauvres de la moitié de ses biens et qu’il rend au quadruple à ceux auxquels il a fait du tort.

C’est la VIE – sous le signe du regard fraternel amical que le Fils de l’Homme pose sur lui ! – , c’est cette Vie neuve, cette nouvelle naissance que Jésus  engendre en lui, en pénétrant dans sa demeure, en prenant l’initiative de venir chez lui, c’est cette Vie-là qui conduit Zachée à changer radicalement sa propre vie. La conversion  qu’opère  le petit Zachée, la remise en ordre de sa vie comme dans d’autres rencontres telles que celles de la Samaritaine ou de la femme adultère – et donc la remise en ordre de la vie de ceux qu’il a écrasé, exploité, il la fait à cause de quoi ? A cause d’une initiative que Jésus a prise, à cause de la rencontre sans condition, sans lui avoir dit :

« Dis donc ! Tu es un joli salaud! Commence donc par m’arranger un peu tout ça ! Je ne peux pas fréquenter des gens de ton espèce. Quand tu auras changé, j’irai manger chez toi »

La conversion peut être le fruit de la rencontre, et non pas la condition préalable pour que la rencontre ait lieu.
Cette rencontre n’est d’ailleurs pas due à la seule initiative du Fils de Dieu : à la curiosité active mais muette de Zachée, le Nazaréen a répondu par ce regard chaleureux et profond, invitant, une fois pour toutes, à ne plus tricher.

Les rencontres d’importance commencent souvent par cette sorte de regard qui, tout à la fois, attire puissamment et fait un peu peur : on sait d’instinct que si l’on y répond, on se retrouvera, par exigence de vérité, par limpidité, nu, dépouillé, vulnérable. Admirable pauvreté de cette re-naissance !

Deux regards de deux personnes curieuses l’une de l’autre : « Qui es-tu? J’ai désir de te connaître … » Deux regards qui ne se dérobent pas l’un à l’autre, en respectant les libertés réciproques : pas d’esquive, pas de faux-fuyants ! C’en est fini du mensonge et de l’hypocrisie, de la jactance et du paraître, des mondanités et des masques !

Enfin ce regard divin qui nous rend à la vérité ! Cette vérité qui seule peut nous rendre libres. Tout soudain devient possible, parce que nous avons lu, comme Zachée ou d’autres, dans ce regard-là que nous ne serions pas jugés d’avance : « Ton regard ne me condamne pas : je peux être sans artifice devant Toi, car je n’ai plus rien à cacher. »

Comme l’a écrit le poète : « N’allez pas vous scandaliser, braves gens. Il n’y a qu’un scandale: que la vérité ne soit pas dite qui est que l’amour peut inventer sa loi et que fulgure la parole de l’Evangile hors de laquelle il n’y a qu’hypocrisie : ne jugez pas ! »

(Jean Sullivan, in « Je veux battre le tambour »)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s