Le « grand abîme » ou le Jugement

Luc XVI,19-31

 UnknownLa parabole de Lazare et du mauvais riche nous engage à réfléchir sur le « grand abîme » c’est à dire ce Jugement de la fin des temps, auquel il nous faut penser de temps à autre, sous peine d’abuser de la miséricorde divine (présomption).Pour essayer de comprendre ce que signifie le Jugement, ce terme de l’Histoire, cette fin des  temps, il nous faut d’abord tenter de saisir de quoi est faite notre existence terrestre, c’est à dire l’histoire que nous vivons; car pour savoir ce qu’est la fin d’une chose, il convient de savoir auparavant ce qu’elle est dans son existence propre.

Avant tout, la notion de temps, d’histoire, évoque ce que toute notre existence peut avoir de caché à la lumière, d’impossible à scruter pour les yeux des hommes et souvent même pour nos propres regards : il y a tout ce réseau embrouillé de causes et d’effets, qui nous a fait agir et qui ne peut s’offrir comme une vision d’ensemble. D’innombrables conditions préalables convergent dans chacune de nos actions et nous ne pouvons les connaître nous mêmes. Comprendre vraiment un évènement n’est possible qu’en le situant dans son contexte et celui-ci s’étend si loin qu’il finit par échapper à une vue d’ensemble : un évènement ne peut être totalement intelligible qu’en le saisissant jusqu’à ses racines et là, nous devons bien avouer nos limites, car la majeure partie de lui-même échappe à nos prises. Qui parmi nous pourrait se flatter de ce regard perçant qui connaît l’évènement dans son étendue complète, avec tous ses tenants et ses aboutissants ? Qui prétend saisir la Vérité totale de l’évènement, du temps et de l’Histoire ? Qui peut connaître assez parmi nous pour se permettre de juger ? Et qui, en même temps, n’aspire pas à cette Vérité, tout en en redoutant la manifestation ? Dans le même mouvement, toute notre vie – si nous sommes croyants ! –   manifeste aussi que la volonté humaine est libre, Libre ! Libre même à l’égard de ce qui décide du sens ultime de l’existence. L’homme est soumis à l’appel du Bien et la réponse de l’  homme  doit sortir de sa liberté. Cela présuppose qu’il peut aussi omettre de faire le bien – comme le mauvais riche ! –   , et même aller contre ce bien, lutter contre lui. Toute l’histoire des hommes est remplie de ces appels du Bien et de ces fidélités ou de ces refus de l’homme : la liberté de l’homme éclate dans toutes les pages de son Histoire, où l’on voit cet état dans lequel l’homme peut vouloir le mal, qui nous apparaît le plus souvent plutôt comme vouloir ce que nous croyons être pour nous un bien, en nous abusant nous mêmes.

L’  histoire de Lazare comme celle du mauvais riche est confiée à la liberté et livrée ainsi au risque et Dieu joue franc jeu avec la liberté de la créature, puisqu ’Il accepte que pour un temps sa volonté soit mise en échec : Il permet que l’ivraie pousse au milieu du blé, qu’un riche côtoie un misérable sans même l’apercevoir. La réponse de Dieu c’est l’histoire – les signes n’ont pas manqué au mauvais riche: « Ils ont Moïse et les prophètes ! » – , notre histoire livrée au risque sublime de la liberté. Une liberté qui n’est que provisoire et bien imparfaite, mais une liberté qui devait exister pour que puisse être conquise la Liberté authentique et parfaite en laquelle l’esprit perçoit si lucidement le Bien qu’il n’est plus capable de vouloir autre chose que le Bien.

Recherche avide et haletante, angoissante de la Vérité – et – de -l a -Liberté ! : telles sont les deux données qui déterminent essentiellement le temps et l’Histoire. L’homme exige que tout ce qui est mensonge, que tout ce qui est ténèbres soit éclairé : ce désir de la Lumière est une nécessité pour le vivant ! L’homme exige que la possibilité de faire le mal se transforme en liberté authentique, que le Bien devienne de l’ordre du réel et que le Mal se manifeste pour ce qu’il est réellement : destruction et néant ! L’homme aspire au Jugement : en lui, tout ce qui existe sera à découvert. Le mensonge disparaît devant la manifestation triomphale de la Vérité dont l’apparition suffit pour que tout ce qu’il y a  de plus  caché,  bon ou mauvais, soit révélé.  Le  Jugement ? Mais ce sera tout simplement la révélation du secret de tous les coeurs humains. Finies les apparences, les opacités, les ténèbres : chaque vivant est projeté dans la Vérité, y verra clairement son visage, sans fard, sans masque ni déguisement. Redoutable face à face avec la Vérité ! « Vous connaîtrez la Vérité, disait Jésus, et la Vérité vous fera libres ! »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s