Livre « Thérèse, Vivre d’amour » à sortir le 6 juin

Visuel Thérèse

Grégory Turpin a préparé un ouvrage biographique sur Sainte Thérèse dont il a récemment chanté les poèmes au côté de Natasha St-Pier.

Thérèse de Lisieux est née en 1873, elle est morte à l’âge de 24 ans. Elle nous a laissé des messages d’amour et de sagesse d’une rare maturité. La simplicité et la pureté de ses écrits ont traversé les générations, sa poésie est toujours dans l’air du temps et résonne de vérité dans nos cœurs.

Vivre d’amour, c’est donner sans mesure,                                    Vivre d’amour, c’est bannir toute crainte,

Sans réclamer de salaire ici-bas ;                                                Tout souvenir des fautes du passé

Ah ! Sans compter je donne, étant bien sûre                                  

De mes péchés je ne vois nulle empreinte,

Que lorsqu’on aime on ne calcule pas.                                    En un instant l’amour a tout brûlé

Au Cœur divin, débordant de tendresse,                                    Flamme divine, ô très douce fournaise,

J’ai tout donné ! Légèrement je cours…                                    En ton foyer je fixe mon séjour ;

Je n’ai plus rien que ma seule richesse :                                    C’est dans tes feux que je chante à mon aise :

Vivre d’amour !                                                                        Je vis d’amour !

Dans cet ouvrage, les plus beaux poèmes de Thérèse de Lisieux émaillent le récit de sa vie, issu de ses Mémoires, Histoire d’une âme.

Un destin extraordinaire

Née dans une fratrie de neuf enfants, Thérèse perd sa mère à l’âge de quatre ans. Elle choisit alors sa sœur

Pauline comme seconde maman. Mais l’entrée au Carmel de cette dernière, suivie de celle de ses sœurs, la plonge dans une profonde affliction. Fragilisée par ces abandons successifs, elle tombe gravement malade. Thérèse décide pourtant, elle aussi, d’entrer au Carmel. Mais elle n’a que quatorze ans alors que l’âge minimum requis est de dix-sept ans. Son père l’accompagne à Rome où elle plaidera sa cause devant le pape Léon XIII pour obtenir une dérogation. Elle disparaîtra 10 ans plus tard.

Considérée par Pie XI comme l’« étoile de son pontificat », Thérèse est béatifiée en 1923, puis canonisée dès 1925.

Religieuse cloîtrée, elle est paradoxalement déclarée sainte patronne des missions et, avec Jeanne d’Arc, qui fut canonisée en 1920, proclamée « patronne secondaire de la France ». Enfin, elle est proclamée docteur de l’Église par Jean-Paul II en 1997 pour le centenaire de sa mort.

Contact Presse Marion Tarneaud 01 41 43 03 83 / 06 88 15 48 65 / m.tarneaud@michel-lafon.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s