Dans VSD par Paul Wermus : ‘‘Borloo casse les codes, même si ça part dans tous les sens’’

pw1854

De la succession de Benoît XVI à la qualité de nos programmes de télévision, en passant par Hollande, Ségolène et la bataille de Paris, nos hôtes brassent un large éventail de sujets…A la Closerie des Lilas : Françoise Laborde, un sage du CSA ; Alain de La Morandais, un abbé très médiatique ; et Chantal Jouanno, sénatrice UD I de Paris.

Françoise Laborde, l’ex-présentatrice du JT de 20 heures de France 2, publie Muette. « Alors que ma mère perdait la tête à cause d’Alzheimer, je commençais à perdre ma voix. Elle devenait folle et je devenais muette. Je présentais les journaux sous médicaments. »
Chantal Jouanno, ancienne ministre des Sports, affirme : « Je ne serai pas candidate à la Mairie de Paris. Je suis prête à soutenir NKM, une femme moderne, écolo, diplomate. Nous ferons forcément alliance avec l’UMP. Certains bafouent le principe même de l’existence du Sénat, qui se fait bien maltraiter. La politique est souvent synonyme de violence. Quand cela devient trop brutal, je pars avec mon mari marcher dans le désert. J’ai rencontré récemment Nicolas Sarkozy, il m’a demandé pourquoi j’avais quitté l’UMP. Plutôt que de passer pour un vilain petit canard dissident, il valait mieux que j’adhère à un parti, l’UDI, qui colle à mes idées, même si ma parole aujourd’hui rencontre moins d’écho. Jean-Louis Borloo est un créatif qui casse les codes, même si ça part dans tous les sens. Il n’est jamais là où on l’attend. »

Françoise Laborde fait preuve d’une certaine indulgence.  « On est exagérément critiques à l’égard de France Télévisions. Ce qui me désole, c’est qu’on est incapables d’avoir de grandes séries françaises. Nous sommes nourris de feuilletons américains. Quel dommage ! Non seulement on sait faire, mais en plus le feuilleton est une invention française. » L’abbé de La Morandais, qui habituellement a la dent dure, n’est guère critique à l’égard de Benoît XVI. « Il a nettoyé les écuries d’Augias, il a eu le courage de s’attaquer aux prêtres pédophiles et aux légionnaires du Christ, une secte qui brassait des milliards. Qui lui succédera ? L’archevêque de Paris, Mgr André Vingt-Trois, n’a aucune chance. À ce jour, une dizaine de noms circulent. Si le prochain pape est européen, alors je vois très bien Mgr Schönborn, archevêque de Vienne. » L’abbé joue volontiers les rebelles : « Je suis pour le mariage des prêtres, mais il ne faut pas le dire ! À titre personnel, je suis pour le mariage pour tous, mais officiellement, comme curé, je suis contre car solidaire de mon Église. En revanche, je suis partisan de l’ordination des hommes mariés. Quant à des femmes prêtres, chaque chose en son temps. » Pas de doute, l’abbé est aussi solidaire de Ségolène. « Comment voulez-vous que je fasse confiance à François Hollande, un homme qui a planté la mère de ses quatre enfants ? » L’abbé n’apprécie guère Jean-François Copé, « opportuniste et démago ». En revanche, il aurait un petit faible pour François Fillon. « Sobre, crédible mais manquant de charisme. » Sa préférée, c’est Christine Lagarde. « Je l’imagine très bien présidente de la République. »

Françoise Laborde reprend la parole : « Non seulement la parité à la télé n’existe pas, mais en plus la part des femmes y est en régression. » Chantal Jouanno confirme : « Au Sénat, c’est pire : 27 % de femmes, c’est dérisoire. » Françoise Laborde d’adoucir ses propos. « Alessandra Sublet est une des plus belles découvertes de France Télévisions. On sent qu’elle n’a pas été formatée. » On peut s’étonner qu’Alain de La Morandais, 77 ans, abbé à la retraite, docteur en théologie, n’ait pas fait carrière : « Je me suis battu pour les harkis. À l’époque, ça n’était pas tendance. Je n’ai jamais été fait pour porter la pourpre cardinalice. Il faut savoir fermer sa gueule, mais l’Évangile ne dit-il pas : “La vérité vous fera libre ?” » À notre tour de confesser l’abbé et de lui demander de pratiquer, en toute bonne foi, son autocritique. « Je suis un peu vaniteux [la vanité n’est-elle pas l’orgueil des imbéciles ?], un rien séducteur, jaloux, mais ça se soigne en vieilllisant. À mon âge, je n’ai plus de paroisse. J’ai une retraite de 900 euros. Il est vrai que je suis logé par l’Église, et que je suis invité partout. »

La vice-présidente de l’UDI planche sur des dossiers très chauds, comme la prostitution, les transsexuels. Chantal Jouanno dit souvent ce qu’elle pense : « On a chez nous de vrais talents, mais tout fonctionne par réseaux. Notre pays est de moins en moins républicain. » L’abbé pense à l’avenir. « Pas d’épitaphe, je veux que l’on disperse mes cendres au large du Croisic, mon pays natal. Mais, d’ici là, j’ai tant de choses à faire. Un livre de recettes avec Le Divellec, La Table du Bon Dieu. J’ai cette certitude que Dieu existe. Il ne manquerait plus que je doute. Je ne me vois pas démissionner à mon âge sans indemnités ! Je vais vous livrer trois secrets : à 4 ans, je célébrais déjà des enterrements. J’enterrais mes poupées avec un certain faste. Savez-vous que j’ai une soeur qui a été religieuse ? Mais, après vingt ans, elle a claqué la porte du couvent. Enfin, et pour conclure, je devrais monter sur les planches, à Mogador, dans Sister Act. J’incarnerai un monseigneur. » Une évidence : ça ne sera pas un rôle de composition.

06/03/2013 21:13

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s