UnknownConférence caritative à l’ambassade du Congo à Paris : «Enseignement primaire gratuit : un droit pour tous, une responsabilité pour nous »

Sous le haut patronage d’Henri Lopes, ambassadeur de la République du Congo en France, le nouveau bureau du Fonds de dotation Sœur-Marguerite a organisé une conférence publique sur les fondements de l’école primaire et la stratégie pour maintenir la gratuité

Le 11 décembre, dans les locaux de l’ambassade du Congo en France, le père Alain de la Morandais, président en exercice du Fonds Sœur-Marguerite, a organisé une conférence sur l’accès à la scolarisation primaire universelle. Cette rencontre a permis d’évoquer le travail remarquable accompli « pour des jeunes, moins jeunes, ceux et celles pour qui l’École spéciale effectue un travail remarquable », a souligné Henri Lopes dans son mot d’accueil. L’alphabétisation doit être garantie pour tous, y compris les enfants âgés de 15 ans et plus afin qu’ils retrouvent les bancs scolaires : c’est l’école de la seconde chance.

Dans son mot d’introduction, le président du fonds, très touché par la qualité de l’accueil, s’est appuyé sur « la mémoire active du travail réalisé au Congo par sœur Marguerite ». Il s’est dit déterminé à assurer la continuité de l’École spéciale. L’objectif est de garantir un enseignement fondamental permettant aux exclus de l’éducation primaire une réintégration dans le processus scolaire pour tous où la gratuité est maintenue grâce à la gestion d’un comité d’entraide.

Le développement progressif de l’École spéciale est jalonné de rencontres avec des gens passionnés et disponibles, de tous horizons, qui ensemble ont réfléchi et ont donné corps à ce projet. Un échange régulier qui s’apparente « aux mutations du printemps, car rien jamais n’est écrit. À chaque étape, tout est à découvrir, rien n’est prévu » comme l’a dit sœur Marguerite. « Certes, l’oralité est belle mais, à notre époque, lire et écrire, c’est primordial. »

Entre autres initiatives, et afin de récolter des fonds, une eau de parfum portant le nom de Djoué a été créée par la styliste franco-congolaise Motse Akanati. Un pourcentage sur les ventes sera reversé au Fonds de dotation Sœur-Marguerite. « Djoué est une initiation au voyage, un courant de fraîcheur et de puissance qui éveille les émotions et les sens », a expliqué la créatrice.

Un cadeau plein de senteurs à la veille des fêtes de fin d’année en vue de soutenir l’école primaire pour tous.

Marie-Alfred Ngoma

Photo : Henri Lopes, ambassadeur du Congo en France, accueillant le père Alain de la Morandais, président en exercice du Fonds de dotation Sœur-Marguerite.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s