A t t e n d r e

Homélie 1er dimanche de l’Avent

Nous commençons le cycle liturgique dit de l’Avent, lequel mot vient du latin ? advenire ? qui signifie l’avènement, la naissance. Ces quatre semaines qui nous séparent de l’évènement-Nativité devraient plutôt s’appeler ? avant l’Avent ?, ou bien ? attente de la Nativité ?.

La femme enceinte pour qui s’annonce le temps des douleurs et de la joie symbolise bien l’attente. Le prisonnier qui compte les jours, gravés sur les murs de sa geôle, qui le séparent de son élargissement signifie bien l’attente. L’exilé qui suit attentivement le processus de démocratisation de son pays et prépare ses valises pour le retour au pays, signifie l’attente.

 La première se ménage, suit une alimentation appropriée, s’abstient de tabac et d’alcool, et prépare le trousseau du nouveau-né. Attente active. Le second est partagé : sans doute il sera délivré des rigueurs du régime carcéral et est impatient de pousser le cri de liberté, mais il sait aussi que trop souvent la société ne l’attend pas, que le chomage, le désoeuvrement sont plus sûrs que la sécurité d’une réinsertion. Il attend et n’attend pas.Il est actif et passif à la fois.

 Le troisième sait que c’en sera fini pour lui des arrestations arbitraires, de la terreur de la police : des amis vont lui ouvrir les bras . A nouveau il va pouvoir respirer l’air du pays, sentir les odeurs de son enfance, embrasser sa vieille mère qui désespérait de le revoir avant de mourir. Il est même prêt à oeuvrer pour la réconciliation nationale. Attente active, constructive.

 Le peuple juif, au temps de Jésus, avait tellement souffert de l’Exode, de la déportation puis de l’occupation romaine, que l’idée du vrai Messie attendu s’était transformée, pervertie insensiblement : l’attente messianique était devenue politique.

 Toutes nos attentes sont souvent ainsi, plus ou moins faussées. Nous projetons toujours, consciemment ou non, une part de nos fantasmes, de notre imaginaire, de nos désirs, de nos compensations, sur l’objet de notre attente.La distance qui nous sépare de l’objet attendu le transforme, soit par excès d’idéalisation, soit par surévaluation de son prix, de sa beauté, de la joie dont nous pourrions être comblés. L’exilé a transformé le souvenir de son pays en mirage. La mère parait déja son enfant à naître de toutes les vertus.

 Le Fils de Dieu a pris chair d’homme, humainement, historiquement. Bientôt nous allons fêter le mémorial de cet avènement : Noël ! Depuis son Incarnation, son irruption dans l’histoire des hommes, trompant l’attente même de son peuple, il a continué à prendre corps, sensiblement, charnellement, dans son Eglise. Vous êtes, nous sommes ce Corps visible du Christ, l’Eglise d’aujourd’hui, dans ce bout d’un quartier du XII ème. L’Eglise a parfois trompé l’attente des hommes dans les siècles des siècles : fidèle et infidèle à la fois, elle a livré le message de l’Evangile tout en l’occultant par des mésalliances avec le siècle. Parfois elle s’est servie du pouvoir politique. Elle a attiré et elle a repoussé. Elle a séduit et elle a irrité.

Le pire que l’on pourrait dire d’elle aujourd’hui, c’est que le monde n’en attend plus rien. Qu’il désespère d’elle. Le pire serait l’indifférence à son endroit.

Et voilà la raison pour laquelle, à chaque fois que les critiques l’accusent, qu’elle est dénoncée ou clouée au pilori, moi, je me réjouis et ces attaques ravivent mon espérance : on se s’en prendrait pas autant à elle, si elle ne continuait à déranger par son refus de se plier aux modes; si elle ne persévérait pas à démasquer les sempiternelles idoles de l’argent, du sexe truqué et du pouvoir et leur arrogance quand elles deviennent des finalités; et si elle ne rappelait sans cesse que l’honneur de l’Homme est dans sa vocation à l’éternité.

 Qu’attendez-vous au-delà de ce Noël qui vient ?

Moi, tout : l’éternité ! Rien de plus et rien de moins.

Chaque jour qui passe – je l’espère ! – m’en rapproche.Ne souriez pas : c’est la plus  haute  ambition que puisse connaitre le coeur de l’homme !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s