L’ermite , le chat noir et le goéland

                    Dans son pèlerinage breton, après St Pol de Léon, l’ermite fit halte sur l’île de Kalhot, dans une petite baraque de pêcheur, au bord d’une petite crique où dansait l’océan. Seul avec ce porteur d’infini qui avait bercé son enfance et dont le ressac des flots sur le sable lui laissait en souvenir comme une écume de nostalgie. Ce n’était pas les silences sifflants et soyeux des Cévennes mais celui, tonique et iodé, porté par le vent du large, tantôt berceur mais plus souvent hurlant et menaçant. Cet été là tout était en gloire solaire dans le grand bleu des cieux et la violence se nichait ailleurs.

                  L’ami prêteur du logement était un artiste peintre connu et reconnu, qui lui avait laissé provision de papiers et de fusains afin que son hôte s’exerça au dessin. Frère Grégoire, fasciné par la silhouette des mouettes qui volaient en rase motte  au-dessus de sa tête, scribouilla des mouvements d’ailes, puis des petits arcs de crânes et de becs et enfin des pattes, soit repliées pour le vol, soit desserrant leurs serres pour saisir au ras des flots. Frère Grégoire avait d’abord cru que cet oiseau se nourrissait exclusivement de poissons mais la patience de ses observations lui fit noter qu’il n’en était rien puisque le volatile, au cri perçant, n’hésitait pas à fouiller largement les poubelles. Encore un dictionnaire pris en faute :

              « Oiseau palmipède piscivore … »

mais livrant aussi un bout de vérité : « blanc, à plumage dorsal gris », puisqu’il l’avait pris pour une mouette qui, elle, est plus petite et entièrement blanche. Le goéland donc de Frère Grégoire, qui posait pour lui sans le savoir, avait l’habitude de se poser sur le conduit extérieur au-dessus du toit qu’il souillait de ses excréments blanchâtres, semés de pointes noires. Plutôt ému par son élégance originale, le goéland avait fini par irriter l’ermite par ses criaillements et surtout sa voracité de prédateur, ce qui n’empêchait pas l’apprenti de le traquer par le fusain, sur le papier et même dans ses songes marins. Sur le toit, pourtant il continuait son tapage malgré les jets de galets maladroits que le Frère essayait de lui jeter pour le dégoûter de son habitacle, tout en ayant la cruelle tentation de se fabriquer une fronde.

            Ce jour-là, le soleil était à peu près au zénith, lorsque Grégoire, assis sur l’herbe encore verte, dos à l’océan, observant l’oiseau piétinant l’embout de  la cheminée, fut saisi par une scène à la fois si réaliste et si symbolique. Le chat noir du voisin s’étant glissé à l’intérieur du conduit de la cheminée, venait de lâcher ses griffes blanches sur les pattes du goéland pour l’empêcher de s’envoler et s’agripper a son ventre blanc dont les plumes commençaient à voleter dans le vent. La bataille fit rage, le blanc s’emmêlant dans le noir et le noir dans le blanc. Grégoire pensa au combat de Jacob contre l’ange, tout en voyant bien que si Lumières et Ténèbres faisaient partie clairement de la figuration, ces animaux ne participaient pas pour autant au dualisme réducteur qui sépare les mondes en tout bons et tout méchants. N’ayant peut-être pas la tête assez philosophique ou théologique, l’ermite se rappela que l’éminent peintre, qui lui avait accordé son hospitalité sans souci aucun de religion, lui avait fait remarquer que ni le noir, ni le blanc n’étaient des couleurs :

                  – J’ai compris ce qui manque dans ce furieux combat, là-haut, si loin des cieux !

               Alors appuyant mieux son regard sur la bataille éprouvant le toit de son petit monde, il surprit enfin, au milieu du tourniquet des plumes blanches et des poils noirs arrachés au félin, sur le ventre du goéland, alors qu’il n’y avait encore ni vainqueur ni vaincu, le prix de l’empoignade et sans doute de la victoire annoncée : ce qui aurait manqué au tableau, quelques gouttes de sang.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s