L’ermite et la dame blanche

Un seul parmi les paysans des environs avait osé demander à l’ermite s’il n’avait pas peur, tout seul, ainsi trop isolé, mais Frère Grégoire n’avait pas peur et de quoi aurait-il pu avoir peur :

          – Pas peur d’être attaqué par un rodeur ?

          – Mais, mon bon Père Gaspard, qui voulez vous qui vienne rôder par ici ?

         En fait, l’interlocuteur ne s’était pas risqué à poser la question des fantômes, parce que selon la tradition des rumeurs s’attachant aux spectres, ceux-ci ne sont censés hanter que les demeures ayant été habitées par des êtres humains, aujourd’hui disparus. Cela ne peut être le cas d’une bergerie n’ayant abrité que passagèrement des brebis et leur berger. Sauf peut-être si ce dernier était mort sous le toit de l’abri de ses bêtes … Comment ? En défendant, par exemple, ses moutons contre le loup. Frère Grégoire avait assez d’imagination pour s’inventer une histoire sur ce thème tragique et si pastoral mais il ne s’était jamais enquis de fantômes.

          Pourtant, un beau jour ou peut-être une nuit, il dut méditer sur la question, ayant reçu un courrier d’une châtelaine voisine :

        « Pardonnez moi, mon Frère, de vous importuner par cette lettre mais j’ai pensé qu’elle vous causerait moins de gêne qu’une visite impromptue. Mon sujet va vous paraître sans doute ridicule mais ma robuste foi est mise à l’épreuve, non plus par la rumeur transmise de génération en génération selon laquelle notre château du Champ serait hanté par une certaine Dame blanche, ainsi nommée parce que l’aïeule qui l’aurait aperçue l’a décrite comme une forme féminine vêtue d’une sorte de tunique blanche. Pardonnez-moi mais je me suis mal exprimée : ce n’est pas ma foi qui est ébranlée mais plutôt ma rationalité, car selon la foi, non seulement nous croyons dans l’invisible mais les morts demeurent des « vivants ». Je n’ai encore rien vu, ni forme, ni vision spectrale et je n’en rêve même pas mais j’ai peu d’avoir, un jour, la crainte de croiser cette inconnue dans la nuit. Elle monte jusqu’à la chambre où j’habite par l’escalier de la tour nord et serait censée passer devant la cheminée Renaissance de mon logis. Bien sûr, je ne l’ai jamais guettée mais comme une petite obsession subtile et furtive me gagne chaque année davantage, lorsque je séjourne ici l’été.

          Ma question est simple : puis-je prier pour chasser cette tentation de peur ? »

        L’ermite se dit que chacune et chacun avait ses tentations à sa mesure et à sa portée et que la tentation, en soi, à moins qu’elle fut vraiment éprouvante, était un signe de santé spirituelle et psychologique. Pas de quoi fouetter un chat ! Si elle veut prier, après tout, cela ne peut pas lui faire du mal … à moins que …à moins que cela n’entraine une manière de superstition qui la rende compulsive ?

        Les propos de Frère Grégoire ronronnaient doucement dans sa tête, au coin du feu, de telle sorte qu’il s’endormit et rêva. Comme des bruits de pas, au-dessus de lui, sur le plancher de l’étage supérieur, le réveillèrent en sursaut, le précipitant un instant dans l’hypothèse du fantôme qu’il chassa d’un revers de pensée :

        – Suis-je bien niais, ce n’est que le chat ! ah ! du coup, je sais ce que je vais répondre à la châtelaine !

Il prit sa plume :

« chère Madame,

                               la tradition rurale de mon coin m’a rapporté qu’il est un animal qui chasse les souris, les mulots, les lézards et même certains rats, sinon les loirs, les gélinottes ou les fouines, mais aussi les fantômes : c’est le chat ! Vous pouvez prier, certes, mais le chat ne serait pas de trop. »

 Un mois plus tard, l’ermite reçut cette réponse :

 « Mon frère,

                    votre foi est grande mais votre humour ne manque pas de sel (on dit que vous êtes breton d’origine ? ). En tout cas, j’ai suivi vos conseils et les rongeurs ne me persécutent plus . Surtout ceux qui rongent les vieilles noix dans leurs cervelles. » 

Nouvelle tentation du cénobite :

 – Tiens ! Si je recevais du courrier plus souvent … ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s