Mohammed Aïssaoui : L’étoile jaune et le croissant

Sur les 23 000 « Justes parmi les nations », il n’y a pas un seul Arabe et pas un musulman de France ou du Maghreb. C’est étonnant quand on connaît les liens séculaires qui ont uni les communautés juive et musulmane. Alors, j’ai décidé de chercher. Pendant deux ans et demi, j’ai défriché des documents, suivi toutes les pistes possibles, tenté de recueillir des témoignages. On m’a souvent répété : « Mais les témoins sont morts aujourd’hui. » J’ai exhumé des archives, écouté des souvenirs, même imprécis, et retrouvé de vraies histoires : comme celle de cette infirmière juive ou celle du père de Philippe Bouvard qui ont échappé à la déportation grâce au fondateur de la Grande Mosquée de Paris, Kaddour Benghabrit. Cet homme a sauvé d’autres vies.

Des anonymes ont également joué un rôle en fournissant aux Juifs de faux certificats attestant qu’ils étaient de confession musulmane. La mère de Serge Klarsfeld en a bénéficié : « J’ai eu une mère algérienne et musulmane pendant quelques mois. Elle s’est appelée Mme Kader », m’a-t-il raconté. Et l’action du roi Mohammed V au Maroc durant l’Occupation ne lui vaudrait-elle pas le titre de Juste ?

« Celui qui écoute le témoin devient témoin à son tour. » J’avais toujours à l’esprit cette phrase d’Elie Wiesel. Je l’ai écrite plusieurs fois, et suis parti en quête de témoins pour ne pas rompre le fil ténu de la mémoire.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s