Conte de l’ermite breton

L’ ermite et l’ ingrat

                  « Pour vous, ne vous faites pas donner le titre de « mon Maître », car vous n’avez qu’un seul enseignant et vous êtes tous frères. Ne donnez à personne sur terre le nom de « Père » (Mt. XXIII,1-12)

                        En méditant ces versets qu’il venait d’entendre, dans son office quotidien – un Frère ne célèbre pas la Messe -, Grégoire, ayant toujours exercé sa prière sur le « merci » et guère sur la demande, s’en vint à méditer, sans savoir directement pourquoi, sur la gratitude. Et donc son revers : l’ ingratitude. Il ne s’était jamais occupé d’enfants ou d’ ado dans sa vie antérieure mais se souvenait clairement que sa Mère dressait ses enfants, en répétant : «  – Qu’est-ce qu’on dit ? », autant de fois qu’il le fallait avant que sorte de la bouche maussade : « – Merci .. ».

–                       – Ah ! Ça y est : je fais le lien : le Père Abbé ne me remercie jamais. C’est vrai que, d’une certaine manière, il ne me doit rien puisqu’il est mon « Père » … enfin pas le vrai puisque c’est d’abord et uniquement Lui, là-haut et puis ce n’est pas lui que j’ai choisi comme « père spirituel » …enfin on devrait dire « guide spirituel ». 

–                       Le Frère avait l’ingénuité de s’attaquer, mine de rien, à des questions énormes , un peu comme le Père Abbé, mais, à la différence de celui-ci, il le faisait avec une telle simplicité que ses questions restaient rarement sans réponses. L’Abbé, trop intello, mélangeait tout et à force de touiller sa mayonnaise tournait. C’est alors qu’il faisait mander son petit mitron, comme si c’était un dû. Sans lui dire merci. Au début, ça ne l’avait pas beaucoup marqué, mais faisant la jonction avec le verset où le Christ rappelle qu’il ne peut y avoir qu’une seule dépendance, celle vis à vis du Père, et que les autres liens étaient ceux de la fraternité, il chercha une solution à ce problème de l’ingratitude.

–                              – Tiens ! Il y avait , il y a quelques années, une chanson qui disait quelque chose comme « Après tout ce que j’ai fait pour toi ! disait le père … » L’éternelle ingratitude de l’adolescence – là où le dressage éducatif marque ses limites – , c’est un refrain de toutes saisons des parents et de tous les éducateurs. Pourquoi l’adolescent ne dit pas – ou n’arrive pas – à marquer sa gratitude ? C’est tout simple : parce qu’il est encore dans la dépendance … économique, affective, hésitant entre le respect et la révolte. Dire « merci » est un signe d’indépendance, de liberté. Trop de gens restent dans la dépendance, volontairement ou pas …consciemment ou non … certains s’y complaisent, s’y vautrent jusqu’à se plaire à marquer effrontément leur ingratitude. «  – Je ne te dis pas merci parce que je ne veux rien te devoir ! » Fausse liberté affichée, avec provocation ….!

–                               L’ermite, qui tisonnait l’âtre, pendant sa méditation, se surprit à être plutôt content de lui.

–                                   – Faudra que je pense à me dire merci, non ? se dit-il, en riant, mais se leva immédiatement, pensant soudain qu’il n’avait pas été à la source pour chercher l’eau du soir.

–                                    Dans la vasque où miroitait l’eau, s’agitaient encore quelques insectes cherchant à échapper à la noyade. Le Frère sauva du bout du petit doigt une coccinelle, qui s’envola sans demander son reste.

–                                    – Oh ! L’ingrate ! Elle ne me dit même pas merci. Fichtre ! Je ne croyais pas que les insectes dépendaient autant de moi. Au secours, Saint François ! Les animaux te révéraient mais pas moi.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s