Contes de l’ermite breton

Le baptême de Marie

 

           Le Père Abbé appela frère Grégoire la veille de la fête de l’ Assomption : chaque année, ou presque, cette célébration mariale lui causait du souci car il était chagriné par le fait que les curés « à la mode du Concile », dans les campagnes, ne fassent plus le lien entre la virginité de Marie, sa Conception immaculée, qui l’avait préservé de la blessure originelle, et l’assomption de son corps, dispensé généreusement et gratuitement de la corruption du tombeau.

–                     – Le bon peuple est trompé ! On lui sert de la guimauve sentimentale en leur faisant penser à leurs petites mamans plutôt qu’aux sublimes mystères de notre foi.

–                               Cette fois, la question théologique nébuleuse qui allait être soumise à la sagacité du bon frère ne relevait pas de la pédagogie pastorale mais de l’intelligence même du mystère que le bon Père méditait dans son coeur.

–                                  – Frère Grégoire, il y une chose à laquelle je n’avais jamais pensé et qui m’a troublé toute la nuit dernière : aucun texte des évangiles, ou même, plus loin, dans les Lettres de Paul, ne fait allusion au baptême de Marie …

–                                 – Marie de Magdala ?

–                                – Non, Marie, mère de Jésus ! Et les textes sacrés insistent à plusieurs reprises sur l’absolue nécessité du baptême pour être sauvé, d’où l’envoi en mission des disciples pour la terre entière.

–                               – Mon Père, mis à part le baptême de Jésus Lui-même par son cousin, aucun évangéliste ne parle d’aucun baptême ni de la famille du Nazaréen, ni même de ses disciples.

–                               – C’est vrai et, à votre avis, pourquoi ?

–                              – Tout simplement parce que ce premier rite, une fois fondé, il allait de soi que tout l’entourage avait été baptisé : cela n’avait donc aucune raison d’être transmis par la tradition orale puis par l’écriture.

 –                                     – Mais le cas de Marie est singulier. Même si les curés « modernes » oublient fâcheusement, dans leurs préparations et même dans leurs célébrations du baptême, de rappeler qu’un des effets majeurs de ce sacrement est de « laver » la « faute originelle », il va de soi, logiquement, que Marie, ayant été conçue sans péché originel, elle n’avait pas besoin d’être baptisée …

–                                      – Et pourtant le Fils Lui-même passe publiquement, humblement, par ce cérémonial …

–                                      – Vous  savez ça mieux que moi : pour faire entendre la voix du Père et manifester le signe de l’ Esprit.

–                                        – Si c’est une belle manifestation pédagogique, pourquoi n’en point faire une répétition avec Marie ?

–                                       – Après le miracle de Cana ?

–                                     – Vous avez trop d’imagination, frère Grégoire, ou alors … c’est encore votre humour qui a frappé ?

–                     Tous deux ensemble sourirent et firent long silence.

–                                    – Frère Grégoire, reprit le Père, cette histoire du baptême de Marie ne peut-elle se ramener au problème de toutes celles et ceux qui sont nés avant le Christ : celui-ci étant engendré et non créé, co-participant dès le commencement des mondes de l’oeuvre créatrice du Père et de l’ Esprit, son énergie rédemptrice pouvait agir et anticiper son Incarnation.

–                                    – En gros, ça veut dire qu’il y avait des justes bien avant Lui ?

–                                       – Oui et donc virtuellement sauvés ?

–                                      – Virtuellement ? C’est quoi ?

–                                     – C’est comme le gland du chêne : ce dernier est déjà là en puissance dans le gland .

–                                     – Le gland est une sorte de promesse possible du chêne ?

–                              – C’est un peu cela. Oui. Donc promesse de salut et déjà sauvés ?

–                                    – Promis au salut, oui, mais comme dans l’éternité l’attente ne veut rien dire, ils sont sauvés. Cela vous rassure pour Marie ?

–                                    – Je ne suis pas inquiet pour Elle.

–                               – Vous avez raison car en plus Elle a un avantage sur les promis au salut, c’est qu’elle est la seule, en paradis, à y être, avec son Fils, corps et âme. Leurs corps glorieux n’est pas détaché de leurs âmes.

 –                              – Vous avez raison, Grégoire ! Bravo ! Je m’en souviens : c’est écrit dans la « Divine comédie » …

–                               – Je ne connais pas cette comédie là !

–                           – Laissez tomber. … L’auteur se balade depuis l’enfer, en passant par la purgatoire jusqu’au paradis, où il voit le Fils et la Mère, de chair et d’esprit . Mais surtout, il est rappelé qu’un certain habitant de Troie a cru en la Passion du Christ  et qu’il « fut baptisé par les trois vertus théologales mille ans avant que fut institué le Baptême ! »

–                         – Ben … c’est pas un peu ce qu’on vécu les premiers chrétiens persécutés, qui n’avaient pu recevoir le sacrement du Baptême ?

–                             – Le baptême de Désir ! Bien sûr, cher frère, Marie a reçu le baptême de Désir. J’aurais bien du y penser.

–                              – Oh ! Je vous ai rien appris du tout. C’est comme chez le coiffeur : un petit « rafraîchissement » . De la mémoire.

–                                 Frère Grégoire s’en fut, trottinant et marmottant :

–                                 – Qu’est ce qu’il va bien pouvoir me trouver au prochain 15 août ? Au fond, tous ces théologiens, qu’est-ce qui les intéresse d’autre ? Marie ou bien de se frotter la cervelle ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s