L’Eglise, vierge sage

Homélie du dimanche 6 novembre 2011

Crypte de l’Eglise Notre-Dame d’Auteuil

à 21h30

Mt. XXv,1-13

Le sens général de la parabole, le voici, pour mémoire : l’époux est le Christ, son épouse est l’ Eglise et la figure des Noces est celle, à la fin des temps, du passage à la création nouvelle inaugurant la dernière et éternelle Alliance. En entendant le cri du milieu de la nuit –  » – Voici l’époux ! » –, nous, nous sommes à l’image des vierges, dans le sens que nous formons le Corps de ceux là et celles qui font vigilance, alors que le soleil est déjà couché. Nous sommes l’Eglise, cette Eglise terrestre composée de veilleurs et d’endormis, de prévoyants et de têtes légères : les uns ont leurs piles de rechange pour leurs lampes de poche et d’autres point ! les uns s’embarquent avec leurs biscuits et d’autres les ont oublié à quai ! Nous sommes, chacune et chacun, partagés, nous mêmes, entre cette vigilance et cet alanguissement, entre cette prévoyance des « vierges sages » et cette insouciance des « vierges folles ».

Chaque vierge a une lampe entre les mains. La lampe à huile, symbole de vigilance. Cette lampe, cette veilleuse aux mains des vierges nous fait penser au Baptême. Tout se passe comme si l’Eglise, au jour de notre ablution baptismale, avait remis à celles et à ceux qui, en notre nom, – parents, parrains et marraines – ont pris l’engagement de nous transmettre les conditions pour accueillir la Foi, une lampe allumée, bien garnie de bonne et douce huile pour le Feu, en disant :

« – Voici la Lumière, le Feu transmis qui vous est remis, qui vous est confié pour qu’il brûle jusqu’au bout de votre nuit, jusqu’à l’aube où vous découvrirez, face à face, le Soleil de Justice ! Cette lampe est pleine, mais vous prenez l’engagement de l’entretenir, de veiller à son approvisionnement. Si vous ne faites pas le plein d’huile, régulièrement – et sans attendre d’essayer de réveiller les marchands en pleine nuit ! – , cette lampe vide, sèche, sera le symbole de votre négligence … et peut-être du refus de la Porte, qui se refermera à votre nez ! »

Où en sommes nous de notre lampe, bien garnie dès le Baptême et qu’il nous revient de remplir et d’entretenir ? Nous avons toutes et tous besoin d’être éclairés. L’huile est la Parole de Dieu, et même celle de l’Eglise. Parce qu’elle peut se tromper, de bonne ou de mauvaise foi, notre conscience a besoin d’être constamment éclairée. Une des bonnes huiles que l’Eglise nous a fourni pour éclairer notre conscience est celle du grand texte de l’encyclique « Splendor veritatis »(Jean-Paul II, juin 1993), qui est une dénonciation des prétentions de la conscience individuelle à s’instituer elle-même en arbitre souverain : «  A l’affirmation du devoir de suivre sa conscience, on a indûment ajouté que le jugement moral est vrai par le fait même qu’il vient de la conscience. »  De telle sorte que  » la nécessaire exigence de la vérité a disparu au profit du critère de la sincérité ».

Les vierges folles aux lampes vides sont probablement sincères : sont-elles pour autant dans la vérité ?

L’assoupissement de ces vierges fait penser à notre propre conscience lorsque, se refermant sur elle-même, elle ne devient que le reflet de la subjectivité, alors que, naturellement, la conscience demeure ouverte à la transcendance. Un des signes manifeste de notre sommeil moral contemporain est ce piège de la sincérité :  » – Du moment que je suis sincère, je suis dans la vérité ! » Dans une vérité subjective, sans doute, mais dans la vérité objective, voire ? Sous l’angle de la moralité, se pose le problème de la valeur de la sincérité : il est trop courant d’identifier la morale avec à la pratique des sentiments généreux, qui émergent du fond de la personnalité; sous des formes diverses, c’est toujours une manière de s’en remettre à la dynamique de ses inclinations, ce qui revient, à la limite, à identifier morale et sincérité. Dans ce cas, où est l’objectivité de la règle éthique ? D’où le proverbe populaire : « L’enfer est pavé de bonnes intentions. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s