Coup de coeur : « Le souvenir du monde – essai sur Chateaubriand » (Grasset), par Michel Crépu

Le titre est trop abstrait – donc se retient mal – mais, à peine a-t-on ouvert les premières pages que le piège de la belle séduction fonctionne et on ne lâche plus cet essai dont on pouvait se demander ce qu’il pouvait bien nous apporter de nouveau sur ce Breton , grand voyageur de l’intérieur devant l’Eternel. Lecteur des « Mémoires » depuis mes dix -huit printemps, ce sont ces volumes qui m’ont aidé dans mes années d’études romaines à supporter la rigueur d’ Aristote et de Thomas d’ Aquin : René avait l’art de me suggérer Dieu, sans guère le nommer, par le seul air de la Joie de sa foi.
« Peignant avec humour et érudition ce « jean-foutre qui avait raison sur les choses graves », Michel Crépu nous donne, outre le portrait de Chateaubriand, royaliste scandaleux, auteur des « Mémoires d’outre-tombe », amant de Juliette Récamier, écrivain méconnu à force d’être caricaturé en romantique, la chronique d’une époque qui vacille. de la pourpre consulaire aux chambres de jeunes filles, du christianisme heureux à Bonaparte, d’une veillée à Combourg au château de Prague, Michel Crépu ressuscite un Chateaubriand « autre », moderne et complexe. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s